course

L’histoire et la naissance de la langue française

Le début du Français :

La langue française appartient à la famille des langues Indo-Européens. Il est difficile de déterminer avec exactitude la « date de naissance » du français car les premiers textes en français sont rares. Le plus célèbre est celui des « Serments de Strasbourg » signé en 842 par les petit-fils de Charlemagne, qui est officiel de la langue française, une langue encore bien loin de celle que l’on parle actuellement. 

Le Moyen-Age : le temps des dialectes

Cependant, malgré ces premiers textes, ce sera abusif de parler de la langue française à cette époque. Les Latins ressassés par les des bouches différentes avait fini par prendre des formes aussi différentes des chaque région. On distingue ainsi à cette époque trois principalement dialectes:

La langue d’oc (dans le quel oui se dit « oc ») avec un parler le plus prochain du Latin.

La langue d’oïl (ou oui se dit oïl) influence par la langue Germanique.

Le langue franco-provençal (parler de type occitan qui se rapproche de la langue d’oc).

L’affirmation du français :

C’est à partir de la renaissance, quatre siècle plus tard, que la question de la fixation du français se pose fortement. Dans la vie pratique, le français remplacera tous les documents administratifs qui ont été en Latin, à partir de 1539. François 1ère a exigé que tous les documents faudra traduire en français. Dans le même temps, tous les autres œuvres des littératures se mettent aussi en français. 

Le temps du bon usage : le français classique :

Après la renaissance, il y avait d’innovation en fixation l’orthographe et la prononciation. La langue, instrument de centralisation politique devient donc une affaire d’un État. En 1635, Richelieu fonde l’académie française, qui est chargée de crée, un dictionnaire, une grammaire et de prendre, sois de la langue française.

Le français contemporain :

Au XXe siècle, c’est encore le français, c’est-à-dire la langue commune, qui bénéficiera des nouvelles techniques, permettant une plus large diffusion, (la radio, la télévision etc.). Ceci a nettement contribué à l’uniformisation de la langue, comme les niveaux prononciation, les nouveaux mots, les nouveaux vocabulaires, qui deviennent plus neutre, et délaissant peu à peu les parlent régionaux En conclusion, on peut dire que, le français est le plus germanique, des langues romanes. Son histoire, est celle d’évolution, du latin en parlé en Gaule et de son enrichissement constant, apporté avec le temps au contact des langues voisines.